Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
ISTeP - UMR 7193
Institut des Sciences de la Terre de Paris

Brève n°31 - Potentiel pétrolier dans les bassins onshore du Cameroun

Une étude portant sur les bassins onshore du nord du Cameroun montre que la région possède un potentiel intéressant pour l’exploration pétrolière.

Des bassins onshore encore trop peu étudiés

L’exploitation des ressources hydrocarbures et notamment la production de pétrole nécessitent d’avoir, en amont, une connaissance approfondie des bassins sédimentaires.

Si l’on entend fréquemment parler des réservoirs offshore, c’est-à-dire se situant au large des côtes, de nombreux bassins onshore, situés à terre, peuvent cependant présenter un intérêt pétrolier. C’est le cas notamment de certains pays d’Afrique centrale et notamment du Cameroun. Le pays est en effet marqué par la présence d’importants bassins sédimentaires, associés à un grand système de failles et de dépressions regroupées sous le terme de Rift d’Afrique Centrale et de l’Ouest. Ces grands bassins sont le résultat de l’ouverture de l’ancien supercontinent Gondwana, qui regroupait, il y a plus de 160 millions d’années, les actuels continents africain, sud-américain, indien, antarctique et australien. Lors de la fragmentation du Gondwana, la croûte continentale a subi une importante extension, qui a mené au développement de grands bassins, qui se sont graduellement remplis de sédiments mélangés à de la matière organique.

Certains de ces bassins montrent ainsi aujourd’hui des accumulations d’hydrocarbures, en particulier dans les zones où se sont déposés des niveaux argileux d’origine lacustre d’âge Barrémien à Aptien (environ 125 millions d’années). L’environnement et les conditions de dépôts des sédiments contenant de la matière organique sont des facteurs particulièrement importants et vont influencer la qualité du réservoir et son potentiel en termes d’exploitation.

 

Des conditions de dépôt favorables

L’étude détaillée de ces bassins onshore est donc cruciale afin de déterminer si oui ou non ils représentent un intérêt pétrolier. Les bassins du nord Cameroun n’avaient jusqu’à présent fait l’objet que d’analyses rudimentaires. Dans un article publié dans la revue Journal of Petroleum Geology, Bachirou Mfayakouo Chavom de l’Université de Maroua au Cameroun et ses collègues se sont penchés plus en détail sur la caractérisation de ces bassins sédimentaires, dans le but de définir l’origine, l’environnement de dépôt et le potentiel de génération d’hydrocarbure du Bassin Mayo Oulo-Léré.

Les résultats de l’étude montrent que les niveaux de schistes contiennent de la matière organique bien préservée, avec localement un très bon potentiel pétrolifère. Ces sédiments auraient été déposés dans des conditions dysoxiques à anoxiques, c’est-à-dire dans un environnement lacustre avec très peu d’oxygène. Ces résultats montrent que le bassin de Mayo Oulo-Léré et plus généralement le nord du Cameroun possède des roches mères d’hydrocarbures de bonne qualité, invitant à poursuivre l’exploration pétrolière pour voir si ce potentiel s’est exprimé au point de remplir de pétrole des réservoirs.

Morgane Gillard

 

Pour en savoir plus : Chavom, B.M., Baudin, F., Kwéa Nzouedjio, J.F., Schnyder, J., Maloum, A. and Biouélé, S.E.A. (2022), Neocomian – barremian lacustrine shales in the mayo oulo-lere basin, north cameroon: depositional environment and petroleum potential. Journal of Petroleum Geology, 45: 201-218. https://doi.org/10.1111/jpg.12813

15/09/22

Traductions :

    Appartenant à

    20/09/18

    Chiffres clés

    L'ISTeP comprend 111 membres dont :

    • 12 professeurs
    • 21 maîtres de conférences
    • 2 directeurs de recherche CNRS
    • 2 chargés de recherche CNRS
    • 9 ATER et post-docs
    • 26 doctorants
    • 20 ITA-IATSS
    • 19 collaborateurs bénévoles / émérites